Le gouvernement du Québec doit, au plus tôt, ralentir les travaux non-urgents dans la cour Turcot puisqu’il ne reflète pas leur vision

Montréal, le 18 octobre 2012 – Le Comité de Vigilance Turcot demande au ministre des Transports du Québec de ralentir les travaux, qui ne sont pas urgents, dans la cour Turcot afin de donner au gouvernement du Québec le temps nécessaire pour bonifier le projet de réfection du complexe Turcot.

Des annonces encourageantes de la part de ministres du nouveau gouvernement

A ce sujet, plusieurs ministres du gouvernement Marois ont mentionné dans les médias, au cours des dernières semaines, qu’ils souhaitaient revoir le projet de réfection du complexe Turcot. Le ministre responsable de la Métropole, M. Jean-François Lisée, a notamment évoqué qu’il s'attardera aux travaux de l'échangeur Turcot afin de savoir s'il y a encore de la « marge de manœuvre » . Le ministre responsable du développement durable, M. Daniel Breton, a souligné qu’il aimerait que l'échangeur Turcot soit plus écoresponsable et qu’il voulait que le projet soit digne du 21ème siècle. Quant au ministre des Transports, Sylvain Gaudreault, ce dernier a signalé qu’il souhait apporter certaines modifications au projet .

De plus, tous les élus montréalais parlent également d’une seule voix pour obtenir du gouvernement Marois un réaménagement de l’échangeur Turcot à échelle humaine, en mettant la priorité sur les transports en commun .

Une volonté commune d’atteindre les objectifs gouvernementaux en termes de développement et de mobilité durables

« Le gouvernement du Québec devrait ralentir la cadence des travaux dans la cour Turcot pour conserver le plus de marge de manœuvre possible afin de le bonifier par une meilleure offre de transport collectif, une réduction de la circulation automobile à destination du centre-ville et une meilleure intégration urbaine du projet dans les quartiers traversées » indique Daniel Bouchard, responsable des campagnes transports du Conseil régional de l’environnement de Montréal (CRE-Montréal).

Pour en savoir plus sur le Comité de Vigilance Turcot :

Le Comité de vigilance Turcot a été créé le 18 novembre 2010 et est composé de l’Association Canadienne des Médecins pour l’environnement, de l’AQLPA, du Conseil central du Montréal métropolitain CSN, du CRE-Montréal, du Conseil régional FTQ Montréal métropolitain, d’Équiterre, de la Fondation David Suzuki, du Forum Urba 2015 (UQAM) du Groupe de recherche appliquée en macroécologie, de Mobiligo, du RÉSO, du Réseau des ingénieurs de Québec, de Transport 2000 Québec et de Vivre en ville.

Pour consulter les recommandations du Comité de Vigilance Turcot et les démarches entreprises avec les différents acteurs impliqués depuis le mois de novembre 2010 ainsi que la lettre envoyée au ministre en avril dernier : www.vigilanceturcot.org

-30-

Renseignements :
Aurore Tanier, Conseil régional de l’environnement de Montréal
514-842-2890 x222